Un lait 100% français.

De la ferme aux magasins, la qualité est partout : bonnes pratiques, contrôles, analyses, gestion de la qualité…

Lidl a donc à cœur de s’engager pour cette filière et de proposer à ses clients des produits d’excellence.
Lidl propose 3 références de lait dans ses supermarchés. Leur point commun ? Le soutien à l’agriculture française.

Que ce soit le lait de sa marque propre ENVIA, ou celui des associations de producteurs avec lesquelles Lidl collabore (dont notamment FaireFrance et Mont Lait), 100% du lait vendu par Lidl est collecté en France. Cela s’inscrit pleinement dans la démarche de soutien à l’agriculture française et aux producteurs laitiers que Lidl  a voulu intégrer au cœur de son activité.

 100% du lait vendu par Lidl est collecté en France.

« Travailler main dans la main avec Lidl, pour une meilleure rémunération des éleveurs. »  

 Fondée en 1952 par Raymond Chavegrand, c’est aujourd’hui son fils Jean-Claude qui est à la tête de la Fromagerie Chavegrand avec laquelle Lidl travaille depuis 25 ans. Le lait utilisé est acheté à 90 éleveurs laitiers dans un rayon de 100 km. Certains coopèrent avec la fromagerie depuis plus de 40 ans. Depuis 2018, la fromagerie et ses fournisseurs sont engagés dans une démarche de production sans OGM. Une fois acheminé à l’usine, le lait est contrôlé afin de s’assurer de sa bonne qualité. Il est important de noter que ce lait est collecté dans le cadre d’un contrat tripartite signé entre les éleveurs laitiers, la fromagerie Chavegrand et Lidl. Ce contrat garantit aux éleveurs laitiers une meilleure rémunération, adaptée à leurs coûts de production. Lidl est la seule enseigne de grande distribution à vendre un camembert produit de cette façon. C’est aussi et surtout ça le vrai prix des bonnes choses.

Ce contrat tripartite a permis de développer des relations de confiance pérennes entre la fromagerie Chavegrand et les différents acteurs, à savoir les éleveurs et Lidl. Grâce à cette transparence, Lidl a l’assurance de proposer un fromage de qualité à ses clients. Au-delà d’une meilleure connaissance du produit, ces excellentes relations permettent également de s’assurer que les conditions d’élevage sont respectueuses du bien-être animal par exemple.

En accord avec la fromagerie Chavegrand , et afin de valoriser le travail des éleveurs, , nous avons décidé de mettre la photo de ces derniers sur les emballages. Car après tout, si le camembert est aussi bon, c’est surtout grâce à eux !

« Travailler main dans la main avec les éleveurs et Lidl, ça change tout ! »

Créée en 1909, la Laiterie de Saint-Denis-de-l’Hôtel (LSDH) est une entreprise familiale et indépendante depuis trois générations. En tant qu’acteur engagé de la filière laitière, la laiterie a décidé de signer des accords tripartites avec Lidl et les exploitations de l’association des producteurs de lait du bassin Centre. Une façon innovante et responsable de faire vivre toute la filière dans le respect d’un strict cahier des charges, et en toute transparence. C’est cette transparence qui permet une meilleure rémunération des éleveurs ainsi qu’une plus grande traçabilité pour la Laiterie de Saint-Denis-de-l’Hôtel et pour Lidl. Un véritable cercle vertueux en somme. Auparavant, chaque producteur de lait négociait indépendamment avec la laiterie. Aujourd’hui et depuis 2010, ces producteurs sont regroupés en organisation. Ceci permet des négociations groupées plus justes et équitables qui prennent en compte les coûts de production des éleveurs.

C’est donc cette transparence, la rigueur du cahier charges et la traçabilité sans faille, qui assurent une meilleure rémunération aux éleveurs et qui garantissent un lait de grande qualité à LSDH et Lidl. Ainsi, tout le monde tire profit de cet accord tripartite. C’est ça le vrai prix des bonnes choses. Sur le terrain, LSDH va directement collecter le lait auprès des 400 éleveurs partenaires qui sont pour la plupart des exploitations familiales. Les zones de collecte s’étendent de Lyon à Nantes et de Paris à Limoges. Cette collecte a lieu tous les 3 jours à l’aide d’une trentaine de camions isothermes permettant d’assurer une bonne conservation du lait durant le transport.

« Quand j’étais petit, je rêvais de travailler avec les bêtes. J’ai réalisé mon rêve en devenant éleveur. »

Jean-Philippe Lucat est un producteur laitier passionné qui a commencé en 2000 en reprenant seul une exploitation. Celle-ci, basée dans la Creuse, comptait alors 30 vaches pour 65 hectares. À force de travail, de courage, de volonté et avec un soutien sans faille de sa famille, non issue du monde agricole, Jean-Philippe possède aujourd’hui 70 vaches et 145 hectares ! En Creuse, l’élevage se fait de manière durable : de mi-mars à mi-novembre, les vaches paissent jour et nuit dans les champs où elles disposent d’un abri si besoin. Durant l’été, les vaches sont nourries avec de l’herbe fraîche et du foin provenant des champs de Jean-Philippe ainsi qu’un mélange de maïs et de luzerne. En plus d’être une solution d’alimentation naturelle, les vaches de Jean-Philippe en raffolent. L’hiver, elles ont droit à du maïs et différents types de fourrages soigneusement proportionnés afin de leur fournir un régime alimentaire équilibré propice à la mastication et donc à leur bonne digestion. À noter absolument qu’aucun OGM n’est utilisé dans l’alimentation des vaches de Jean-Philippe.

Jean-Philippe vend son lait dans le cadre d’un contrat tripartite passé entre des éleveurs comme lui, la fromagerie Chavegrand et Lidl. Ce contrat prend en compte les coûts de production des éleveurs pour leur assurer une meilleure rémunération. C’est aussi ça le vrai prix des bonnes choses ! Pour Jean-Philippe, le bien-être de ses vaches est essentiel. Il privilégie des pratiques d’élevage garantissant une meilleure qualité du produit final à la quantité.  Autrement dit, les vaches produisent moins, mais mieux avec un lait plus savoureux et plus riche en nutriments. Et grâce au contrat tripartite, c’est Jean-Philippe qui est plus serein !

« Notre passion, c’est le fromage ! »

Le développement de l’entreprise familiale, depuis près d’un siècle, n’a pas modifié  son procédé de fabrication et son savoir-faire ancestral, en effet, ses réflexes sont toujours ceux d’un fromager.

Au fil des ans, la fromagerie a tissé des liens étroits et collabore avec une centaine d’éleveurs laitiers. Ainsi, tous les deux jours le lait est collecté dans des fermes de proximité grâce à deux camions citernes. S’en suivent différentes opérations techniques afin de garantir la qualité du lait et permettant de commencer la transformation fromagère.

Comme toute fromagerie de l’Est de la France et plus spécifiquement en Franche Comté, la fromagerie Mulin s’est spécialisée dans les fromages à pâte pressée cuite tels que l’emmental et la meule fruitée, la spécialité de la fromagerie. Une fois le lait récolté, de la présure et des ferments sont donc ajoutés afin de le faire cailler  pour ensuite le mouler et déposer en cave. C’est là que le fromage sera salé, frotté et stocké sur des planches en bois qui contribue à la qualité de la croûte (c’est ce qu’on appelle avoir le sens du détail !). C’est ensuite une opération de haute précision, mêlant différents paramètres, qui va permettre d’affiner idéalement la meule fruitée. En effet, en cave, les conditions hydrométriques, mais aussi le flux d’air ainsi que la température sont rigoureusement contrôlés pour que l’affinage se déroule dans des conditions optimales.

Pour finir, c’est le maître-affineur qui donnera son feu vert à la commercialisation du fromage après avoir prélevé et goûté un échantillon de chaque lot de meules . Autrement dit, faire du fromage aujourd’hui comme au siècle dernier, c’est tout un art !