Bébé dort mal, que faire ?

Jusqu’à 3 mois, bébé va se réveiller plusieurs fois par nuit. Ensuite, il peut normalement dormir plusieurs heures d’affilée. Dans la pratique, c’est loin d’être aussi simple. Suivez les conseils d’une spécialiste pour lui apprendre à s’endormir et se rendormir seul, tout en douceur.

Avant 3 mois : vivez à son rythme

Il faut généralement attendre 3 mois pour que bébé commence à faire ses nuits. La solution ? Adaptez votre mode de vie : faites la sieste en même temps que lui, repoussez les visites et acceptez que les premières semaines, après neuf mois passé dans votre ventre, il ait besoin de la chaleur des bras de maman pour s’endormir.

À partir de 3 mois : aidez-le à s’endormir seul

« À partir de 3 mois, il est temps de commencer à lui apprendre à s’endormir seul, cela lui permet d’acquérir un sommeil serein et réparateur », conseille Aude Becquart, consultante en puériculture et en parentalité, auteure de La Méthode chrono-dodo, aider votre enfant à bien dormir (Leduc. S éditions). « Continuer d’attendre qu’il soit endormi pour le poser dans son lit explique la majorité des troubles du sommeil. »

Mettez en place un rituel du coucher

Pour y remédier, plusieurs conditions doivent être remplies. « Il est important de mettre en place un rituel du coucher : la routine le rassure. La présence d’un objet transitionnel (doudou) va aussi l’aider. Enfin, il faut expliquer à bébé pourquoi on veut lui permettre de s’endormir seul : “C’est important que tu dormes bien car ça t’aide à grandir. Pour l’instant tu as du mal mais tu peux y arriver. Papa, maman et doudou vont t’y aider.” »

Laissez faire le parent le plus serein

Qu’il s’agisse des siestes ou de la nuit, procéder exactement de la même façon. Il va probablement falloir quelques jours pour changer les habitudes d’endormissement. « Coucher l’enfant dans son lit en lui signifiant que l’on revient dans 15 secondes si besoin. Quitter la chambre rapidement. S’absenter 15 secondes. Revenir durant 10 secondes si besoin. Puis passer progressivement à 30 secondes d’absence, 45 secondes… Tout en faisant des câlins de 2 minutes quand l’émotion est vraiment trop vive… », détaille la spécialiste. N’hésitez pas à passer le relais à l’autre parent si nécessaire.

Troubles du sommeil : écarter toute cause médicale

Quand le sommeil est compliqué, il faut s’assurer qu’il n’y a pas de douleur pouvant expliquer les pleurs (reflux, torticolis, otite, coliques, etc.).