Des idées pour manger moins salé

L’apport de sodium via le sel est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Problème, nous en consommons jusqu’à deux fois les apports quotidiens recommandés. Avec, à la clé, l’augmentation de nombreuses pathologies. Comment continuer à se régaler sans trop saler ?

Trop de sel augmente les risques d’hypertension et d’ostéoporose

Le sodium, principal composant du sel, joue un rôle essentiel : il régule les transferts d’eau entre les cellules, participe à la transmission nerveuse, à la contraction musculaire, ainsi qu’à l'assimilation de certains minéraux et oligoéléments. Ne pouvant pas être stocké dans l'organisme, il doit être apporté quotidiennement par l’alimentation. Cependant, lorsqu’il est consommé en excès, il augmente les risques de nombreuses pathologies comme l’hypertension, l’ostéoporose, les cancers digestifs ou encore l’insuffisance rénale.

Sel

Attention aux produits industriels

Pour profiter uniquement des bienfaits du sel, il faudrait en consommer moins de 5 g par jour. Or, d’après l’Organisation Mondiale de la Santé, la plupart des gens en mangent en moyenne 9 à 12 g par jour. « Nos habitudes alimentaires ont changé. Nous mangeons davantage de produits industriels, transformés, très riches en sel », explique Raphaël Gruman, diététicien nutritionniste. « Même si l’industrie agroalimentaire commence à faire des efforts, rien ne vaut les plats faits maison. On est sûrs de garder le contrôle. » À noter : vous devez privilégier les produits portant la mention « allégé en sel ». Ils ont un réel intérêt nutritionnel.

Place aux épices et aux herbes aromatiques

Vous avez tendance à avoir la main lourde sur le sel ? « Il n’est jamais trop tard pour réadapter progressivement votre palais », rassure le spécialiste. « Première étape : ne plus poser de salière sur la table. Au moment de la cuisson, pour moins saler, ajoutez des épices, des herbes aromatiques ». Ainsi, à l’heure de l’apéritif, vous pouvez concocter une délicieuse focaccia au thym et au romarin. Dernière précaution : pensez à remplacer les traditionnels biscuits extrêmement salés par des fruits secs type pistaches, noix de cajou, cacahuètes… non salés.

Quand saler la viande ?

Il est conseillé de saler la viande avant de la cuire, en la massant pour faire pénétrer le sel. Elle garde ainsi tout son suc et reste bien juteuse. À l’inverse, on poivre dans l’assiette, sinon le poivre brûle à la cuisson.