Favoriser l’éveil des tout-petits : un jeu d’enfant !

Jouer, stimuler la curiosité, lire des histoires : difficile de savoir si on en fait trop ou pas assez lors des phases d’éveil des tout-petits. Le point avec la psychologue Anne Bacus, auteure de l’ouvrage Votre bébé de 1 jour à 1 an (Editions Marabout).

Si l’éveil des tout-petits est fondamental pour leur développement, trop les solliciter peut s’avérer contre-productif. « Il y a trente ans, j’écrivais sur l’éveil des tout-petits, aujourd’hui, je donne des conseils pour les faire dormir, sourit Anne Bacus, psychologue. C’est très révélateur de notre époque : nous avons tendance actuellement à sursolliciter les bébés au risque qu’ils éprouvent ensuite des difficultés à dormir. » Entre injonctions culpabilisantes, angoisse éducative et anxiété parentale, difficile de trouver la bonne formule. Pourtant, il suffit souvent de choses toutes simples pour éveiller son enfant.

 

Associez votre enfant à votre quotidien

« L’enfant a besoin d’interactions quand il est éveillé. Toutefois, l’éveil ne passe pas forcément par le jeu, confirme Anne Bacus. Lui répondre en employant si possible les vrais mots et non pas des termes enfantins, lui donner des objets qu’il peut manipuler pour développer sa motricité, l’associer à la vie de ses parents : bref, interagir avec lui, c’est fondamental ! » Par exemple, profitez de la préparation du repas pour partager un moment avec votre bambin : mettez-le dans sa chaise haute et montrez-lui les légumes ou demandez-lui d’éplucher des petits pois lorsqu’il est un peu plus grand. « Le jardinage est également l’occasion de découvrir des plantes, d’arroser, de cueillir. On apprend même des choses en faisant les courses ! », poursuit Anne Bacus.

 

Respectez son rythme

Si le tout-petit apprend énormément dans ses premières années, il se fatigue aussi très vite. Mieux vaut donc respecter son rythme, ne pas le sursolliciter et éviter les périodes d’éveil trop longues. « Un bébé va pleurer de fatigue, pas d’ennui, confie Anne Bacus. Il a besoin de tranquillité. Alors, plutôt que de ressortir le hochet dès qu’il se met à pleurer, prenez-le dans vos bras pour le bercer, lui fredonner une chanson. L’éveil n’a pas forcément besoin d’être stimulant, il peut également être apaisant. » De quoi laisser sa culpabilité au placard et partager simplement un moment avec votre enfant…

 

Les vertus de l’ennui

« M’an, j’sais pas quoi faire… » Vous en avez assez d’entendre cette phrase dans la bouche de votre bambin ? Plutôt que de mettre votre casquette de GO familial et d’organiser illico une foule d’activités, rassurez-vous, l’ennui est bénéfique pour votre enfant ! Lui offrir une plage de temps libre lui permet de développer son imagination, son observation, sa mémoire et sa créativité.