Enfant malade en voiture : quels sont les bons réflexes à adopter ?

Chez les enfants prédisposés, le mal des transports se manifeste vers 3-4 ans. C’est très désagréable pour tous les occupants de la voiture. Des solutions existent pour soulager les nausées et limiter les vomissements.

Une oreille interne immature chez les enfants

Le mal des transports s’explique par un décalage entre les informations transmises par l’œil et les récepteurs au niveau du cerveau. Alors que le corps est immobile, la voiture bouge et le paysage est mouvant. « Le centre de l’équilibre, qui se situe au niveau de l’oreille interne et qui est encore immature chez les jeunes enfants, se retrouve débordé », explique le Dr Brigitte Blond, médecin de la crèche de la résidence maternelle de l’Armée du Salut et auteure de « Décoder bébé, un jeu d’enfant ! » (Leduc.S éditions). D’où des symptômes comme la pâleur, des nausées ou encore des vomissements.

Regarder droit devant soi : la meilleure astuce contre les nausées

 « Le meilleur moyen de limiter le mal des transports est de regarder droit devant soi », conseille le médecin. Mieux vaut donc proposer à votre enfant d’écouter ses chansons ou ses histoires préférées que de colorier ou lire. Essayez aussi de partir quand il est reposé : la fatigue semble favoriser les troubles. Avant le départ, faites un repas léger en évitant les boissons gazeuses. Pour le trajet, emportez de l’eau et quelques biscuits secs. Les vomissements seront moins douloureux si son estomac n’est pas vide.

Lingettes et vêtements de rechange en cas de vomissements

Si votre enfant a la nausée, essayez de vous arrêter. Sortir quelques instants de la voiture peut suffire à dissiper son malaise. Sinon, ouvrez la fenêtre et surtout rassurez-le. Répétez-lui que vous ne lui en voulez pas, que c’est très désagréable mais absolument pas grave, et que ça va passer. Pour le confort de tous, prévoyez un kit « au cas où » : un sac plastique s’il a le temps de s’en servir, des lingettes, une brosse à dents pour lui nettoyer la bouche, un brumisateur pour le rafraîchir, des vêtements propres, sans oublier un autre sac pour contenir ses affaires sales.

Le mal des transports persiste-t-il en grandissant ?

La gêne disparaît généralement au début de l’adolescence. Excepté pour certains adultes, en majorité des femmes, chez qui ce malaise se manifeste à chaque fois qu’ils font de la route. C’est particulièrement vrai à la place du passager. En effet, prendre le volant est le meilleur des remèdes contre le mal des transports.